Et pendant ce temps, mon grand bébé…

Avec tous ces articles grossesse ces derniers temps, on pourrait penser que j’en oublie ma Liloute, mon grand bébé… Pourtant, si une chose est sure, c’est qu’elle ne passe pas inaperçue dans notre vie de famille en ce moment !

 

Une petite fille qui joue seule...

Une petite fille qui joue seule…

 

En bien comme en « mal » en fait… On quitte le terrible two mais le terrific three prend le relais ! A moins que ça ne soit l’arrivée imminente de sa petite soeur qui la perturbe. Les crises de colères sont revenues, plus fortes, mais se calment mieux. Un calin, un peu (beaucoup!) de patience, et c’est pratiquement oublié. Elle est prise entre l’envie de grandir, se réjouit de rentrer à l’école et de tout faire « toute seule », mais a encore beaucoup besoin de nous, d’attention, d’affection, d’être rassurée.

Ses crises ont beau être plus fréquentes et violentes, elles se calment donc plus rapidement que les précédentes… On lui refuse quelque chose, on lui propose une autre qui ne plait pas, et c’est un NON hurlé façon gamine de l’exorciste, un débordement de colère, des roulades par terre… Déclenchés par peu de choses, imprévisibles et souvent déstabilisants pour moi. Elle recommence à frapper et cracher, hurler, se débattre, et il faut toujours quelques minutes pour que les câlins qui « contiennent » ne la calment. Elle finit d’ailleurs souvent par éclater en gros sanglots dans mes bras.

Si je ne savais pas que c’était dû à la fatigue (bye bye les siestes… on en reparle plus bas) et à l’âge, les perturbations du moment… Je me poserais des questions. Heureusement, les copines sont toujours là pour vous rassurer à grand coup de « Aaaah mais chez moi aussi ! » et « Tu verras, ça passe ! », ouf !

La propreté semble être bien acquise malgré quelques rares accidents et on souffle de délaisser les couches même si c’est pour une courte période ! Au final, c’est bien elle qui aura décidé du moment et du rythme, et elle n’en est que plus fière.

Elle devient une vraie petite fille, qui parle tout le temps, joue, chante et danse… Un enfant de presque 3 ans, en somme. Elle développe son vocabulaire à vitesse grand V, fait des phrases, nous étonne tous les jours et nous fait beaucoup rire aussi. On commence à noter les petites perles de langage, les phrases amusantes, les petits mots rigolos ! Une nouvelle étape dans la vie de parents, et moi qui avais peur de quitter le stade bébé, d’être trop nostalgique, je m’aperçois que j’aime bien cet âge aussi. Ils sont plus indépendants, peuvent être de vraies tornades comme d’adorables pots de colle, et surtout on communique tellement mieux…

Elle nous rend chèvre, il faut bien le dire. Les couchers ne se déroulent toujours pas sans accroc, même si désormais elle ne sort que 4 ou 5 fois de son lit (c’est peu comparé à ce qu’on a vécu !), cela reste des couchers « classiques » de cet âge, avec l’enfant qui cherche à prolonger la soirée par tous les moyens. Toujours est il qu’on arrive à « faire nos vies » même si pendant parfois une heure elle se lève, discute, chouine… Le calme et la constance se révèlent la meilleure solution, pour elle comme pour nos nerfs. Bien sûr, c’est difficile pour moi moralement, je perds souvent patience et heureusement que papa gère comme un chef, avec une patience exemplaire ! Surtout que les siestes semblent avoir disparu de son vocabulaire… On a beau essayer de la coucher en début d’après midi, ça se transforme souvent en lutte d’une ou deux heures alors qu’elle est crevée, et il arrive souvent qu’on finisse par sortir et qu’elle s’endorme à 16 heures dans la voiture. Je vous laisse imaginer les couchers après une sieste décalée, surtout qu’ils sont déjà longs sans sieste !

On a toujours droit à beaucoup de câlins et de bisous. Oedipe n’a pas encore débarqué, mais je m’y attends… Même si au fond, je sens bien qu’elle est beaucoup plus dure avec moi qu’avec son père, je sais également que la grossesse joue un rôle là dedans.

Elle est toujours un peu timide quand on arrive chez les gens, même ceux qu’on connait bien, et c’est toujours elle qui décide du moment où elle distribuera son demi quintal de tendresse par personne. Certains le prennent mal, mais elle est comme ça, elle a besoin d’au moins 30 minutes pour se dérider, que ce soit avec les enfants ou les adultes.

Son jeu du moment ? Les poupées ! Ses « bébés » dont certains ont même un prénom (mention spéciale au poupon Minikiss rose bonbon baptisé « Guillaume » !) et reçoivent des soins tout au long de la journée… Balades en poussette, changes, repas, Liloute les chouchoute et adore leur faire des câlins, mais aussi les gronder (oups !)

Bref, la vie avec bébé Liloute en ce moment , c’est un tourbillon de joie, d’amour, de fatigue, de colères, de cris, de rappels à l’ordre et de phrases rassurantes… D’angoisse et d’épuisement parental, aussi. Mais surtout, beaucoup d’émotion, de tendresse et de fierté… Dans les moments difficiles, j’essaye de me dire que d’autres bien plus joyeux viendront, et en effet, ils ne tardent jamais à se montrer…

Un petit mot ? (Les commentaires sont modérés avant validation, pour éviter les spams et privilégier les commentaires des lecteurs du blog)