Liloute, le lait de vache et le RGO.

Ah, le lait bébé et nous : une grande histoire.

On en a testé au moins 4, sans compter le mien. Miss S. a d’abord été allaitée (que les premiers jours, je l’avoue), puis biberonnée aux préparations infantiles en poudre (pas facile d’employer le mot lait pour ça…).

1er test : une marque bien connue qui reconnaît que « les bébés ont un système digestif immature et fragile » Ce n’est certainement pas moi qui les contredirais… Liloute a très vite eu des soucis de transit, coliques, mauvaise digestion en somme. Au bout de 3 semaines, quand le diagnostic de reflux a été posé (j’en parlais ici et ici), nous avons enchaîné plusieurs préparations dites anti reflux, sans succès.

Nous avons du (et dans le nous j’inclus la pédiatre qui a bien voulu nous écouter) avancer à tâtons. Incriminer l’épaississant à la caroube, le lactose, pour enfin suspecter une réaction aux protéines de lait de vache (PLV de leur petit surnom).

Il faut savoir que les protéines du lait de vache sont parfois plus dures à digérer que celles du lait maternel. En cause, leur taille bien plus conséquente (entre un bébé et un veau, il y a un sacré écart de taille et de poids, sans mentionner le rythme de croissance) et leur composition. Cela dit, je ne juge pas et je ne fais pas de généralités : pas mal d’enfants supportent très bien les préparations classiques, et j’ai moi même préféré le biberon au sein, même si je me dis souvent que j’aurais du persévérer. Le débat n’est pas là.

Liloute faisait (et fait) partie de ces enfants qui tolèrent mal les PLV. Le test cutané et la prise de sang l’ont confirmé, même si selon la pédiatre c’était évident. On serait tout de même passé au « lait hypoallergénique » sans cela.

Fort heureusement, il s’agissait d’une intolérance et pas d’une allergie. Symptômes moins forts (j’ose à peine imaginer une vraie réaction allergique, alors!), et possibilité de réintroduire progressivement le lait de vache plus tard.

La pédiatre nous a conseillé de préférer les préparations à base de lait de riz enrichi en calcium, bien plus agréables au goût que les laits médicaux infâmes. Ajoutons à cela un épaississant à base de maïs, car le reflux est également physiologique, et que toute astuce est bonne à prendre. Je précise que je trouvais tout cela en pharmacie, rien de bien farfelu.

A 13 mois, Liloute a vu ses doses d’anti acide diminuer, puis disparaître. A 15 mois, nous avons dit au revoir à son épaississant. Ne restait que le lait de riz en poudre.

Les yaourts et le fromage ont été donnés entre 9 et 12 mois, sans aucun souci. Pour le lait, j’avoue avoir reculé au maximum le moment de retenter. Vers les 17 mois de la demoiselle, le grand saut a été fait, du moins progressivement. A 18 mois, son biberon du matin était composé de lait demi écrémé et de blédine vanille.

C’est à ce moment là qu’elle a commencé à faire de l’eczéma, que nous avons tout de suite lié à la réintroduction. Son transit est devenu beaucoup plus irrégulier, avec des phases de constipation fréquentes. Un peu embêtant…

Je précise que les marques changent souvent, je ne suis pas sponso 😉

Je n’ai pas appelé ma pédiatre, je connais son avis sur les laits végétaux, y compris ceux enrichis en vitamines et calcium. Comme je suis diététicienne (ouais je me la pète un peu), je connais un petit peu mon sujet et je me suis renseignée sur la composition des ces boissons. Et j’ai décidé de passer sur du « lait » de riz bio enrichi en calcium, de marque distributeur (même compo que les grandes enseignes bio et moins cher), à raison de 2 biberons sur 3, voire 3 bibs sur 4. Je continue donc le lait demi écrémé en parallèle, même si il est bon de souligner qu’il ne constitue pas la seule source de calcium de l’alimentation…

Et là : plus d’eczéma, transit impeccable. Et une maman en accord avec elle même.

Je tiens tout de même à préciser que je n’aurais pas donné ce genre de boisson à ma fille avant ses 1 an. Les tous petits ont des besoins spécifiques, c’est la raison pour laquelle il n’est pas conseillé de leur donner ce genre de préparation.

Je n’entrerai pas dans le débat « lobby du lait de vache », parce que cet article est déjà assez long comme ça 😉 Toujours est il que Liloute se porte bien mieux avec une majorité de lait végétal dans son biberon du matin, comme d’autres enfants toléreront parfaitement le lait « normal ».

Et vous, des expériences d’intolérance aux PLV ?

  3 Commentaires

  1. juju   •  

    Ton post est un peu « vieux » mais je voudrais te demander : comment as tu fait avec tous ces laits ? ( J ‘ai pas tout compris) car je suspecte ma fille iplv ( depuis longtemps mais j’habite en afrique et ici pour trouver du lait sans plv accroche toi ! ). Et puis celui que j’ai trouvé, elle ne le boit pas. Et le lait de croissance, je pense qu’elle ne le supporte pas. Car elle a fait sa 3eme oesophagite au moment de l’introduction de ce lait.et avant on avait eu 2 mois de repit avec un arret de traitement.
    Je te remercie de ton attention et merci par avance de ta réponse.

    • Blog de Mère   •     Auteur

      Salut 🙂 Honnêtement, on en a testé plusieurs « classiques » de parapharmacie avant de passer sur du lait de riz en poudre (parapharmacie aussi). Il a fallu l’épaissir avec une poudre à part (à base de mais car la caroube elle ne supportait pas!) et on a fini par trouver notre propre dosage : du lait de riz de pharmacie très épais en plus du traitement anti acide… Je ne sais pas si tu peux trouver ça en Afrique ou le commander… Mais c est le seul qui convenait ici (d’ailleurs elle est a la boisson de riz « bio » en brique maintenant) Bon courage, je sais comme c est dur même si chez nous, on a échappé aux oesophagites !

Un petit mot ? (Les commentaires sont modérés avant validation, pour éviter les spams et privilégier les commentaires des lecteurs du blog)