Mais coupe moi ce cordon !

Je suis peut être parano, mais souvent c’est ce que je peux lire dans le regard des gens. De parfaits inconnus, la plupart du temps, qui parfois verbalisent leur opinion sur ma façon de materner.

Que ce soit quand ma fille est en porte bébé, quand je lui parle ou lui souris dans sa poussette, quand je la bisoute en public, quand je la garde dans mes bras plus de 5 minutes d’affilée.

En règle générale, dans notre société, il est assez mal vu d’être trop proche de son tout petit, qui doit être autonome le plus vite possible. Dormir dans son lit et dans sa chambre dès la naissance, aller en crèche/chez une assistante maternelle dès ses 2 ou 3 mois, quitter les bras de ses parents dès qu’il marche, jouer seul et laisser les adultes tranquilles. Bien sûr, je grossis le trait, mais l’idée est là.

On m’a déjà regardée de travers quand, mon bébé de 18 mois en porte bébé physio, je lui embrasse le front ou je lui parle doucement. D’ailleurs, les réflexions ne se font parfois pas attendre…

Dont le fameux « il faut couper le cordon, c’est pas bon pour elle, ça l’empêche de grandir. »

Couic couic ! Il faut séparer la mère de l’enfant ! (http://fr.freepik.com)

Si la maman (ou le papa) a besoin de cette distance, pourquoi pas. Mais je ne comprends pas pourquoi on devrait mettre son enfant à l’écart ou changer sa façon d’être dans l’espoir « d’endurcir » un si petit être. Traitez moi de hippie, de bobo, de mère laxiste (ce que je ne suis pas, mais bon l’amalgame est vite fait), mais pour moi un enfant se construit avec l’accompagnement de ses parents (qu’ils soient ensembles ou non, hétéros ou non d’ailleurs), avec de la confiance.

Je ne vois pas pourquoi on ne devrait pas donner à son enfant toute l’affection dont il a besoin, le consoler quand il a mal, le prendre dans ses bras (même si oui, des fois, on aime bien avoir un peu de distance, c’est humain) Je trouve dommage que ces convictions soient autant ancrées et brident les parents. Qu’on veuille faire rentrer autant d’individus, de familles et de vécus différents dans un seul et même moule. 

Ecouter son enfant ce n’est pas en faire un capricieux, c’est lui donner des bases solides.
Faire preuve d’affection et de disponibilité, ce n’est pas être un parent faible qui se fera « marcher dessus ».
Porter son bébé « trop » souvent n’en fait ni un assisté, ni un enfant roi.

Pourtant je suis aussi capable de me montrer ferme, lui donner des limites.
J’avoue, parfois elle m’use et je crie, je n’en suis pas fière. Parfois j’ai envie de lui dire des choses que je ne pense pas.
De temps en temps je suis soulagée de la confier à d’autres, mais à côté de ça j’ai envie de profiter. Je suis tout à fait capable de la laisser chez sa nounou, ses mamies, un jour, une nuit (voire d’avantage plus tard)… Et d’ailleurs, je ne supporte pas de dormir avec elle.

Un enfant ne le reste pas longtemps. Vouloir le faire grandir trop vite, couper ce fameux cordon, au détriment de son innocence, d’une vraie relation avec ses parents… Un peu dommage non? Après tout, ils auront tout le temps de devenir grands.

Et de toute façon, cordon ou pas, à 15 ans la distance, c’est eux qui la mettront 😀

Un petit mot ? (Les commentaires sont modérés avant validation, pour éviter les spams et privilégier les commentaires des lecteurs du blog)