« J’ai tout essayé », je l’ai dévoré !

Ceux qui me suivent sur facebook savent que j’ai récemment acheté le livre « J’ai tout essayé » d’Isabelle Filliozat. Et que je l’ai lu en à peu près 2 soirées. Si vous êtes parents d’enfants entre 1 et 5 ans, vous en avez peut être (surement même) entendu parler comme la référence en terme d’éducation non violente face aux crises d’opposition, de rage et autres « caprices ».

j'ai tout essayé cover

J’avais déjà lu un livre du même auteur, « Au coeur des émotions de l’enfant » qui m’avait doucement fait réaliser que mes principes d’éducation et a priori de nullipare ne nous convenaient absolument pas, ni à moi, ni à Liloute. Or, si on ne croit pas en ses méthodes d’éducation, si on ne croit pas à ce qu’on dit à notre enfant, difficile pour lui d’y croire également. Ce livre m’avait fait comprendre certaines choses, m’avait placé du côté de mon enfant et de ce qu’elle pouvait ressentir. Il avait aussi fait écho à la petite fille que j’ai été, à mon enfance, à ce qui avait fait de moi celle que je suis aujourd’hui, en partie.

Autant dire que j’avais hâte de lire celui-ci, qu’on m’avait d’ailleurs chaudement recommandé.

L’édition que je possède est la version poche de chez Marabout, illustrée par Anouk Dubois. Les croquis qui mettent en scène des parents et enfants dans des situations qu’on connait tous complètent très bien les explications données et permettent souvent de mieux comprendre à mon sens.

j'ai tout essayé extrait

Petite particularité du livre, il emploie tour à tour le « il » et le « elle », les dessins de fille et de garçon, dans un souci de mixité. Si ça peut choquer au début, on s’y fait très vite. Les explications sont simples et claires, pas de ton moralisateur ni de grosses généralités. Dès le début on sent qu’on est en droit de se préoccuper des besoins de son enfant à cet âge compliqué des premières crises qui bien souvent nous laissent un peu désemparés. Tout au long de l’ouvrage, il est rappelé qu’il n’existe pas de solution miracle qui soit commune à chaque famille. Pour la simple et bonne raison que nous sommes tous différents, que nous n’avons pas le même vécu ou les mêmes attentes.

Ce livre donne ainsi des pistes, des clés de compréhension, pour trouver sa méthode, voire ses méthodes (car on ne sait jamais avec les enfants, ce qui marche un jour ne fonctionnera peut être pas l’autre). J’en suis ressortie confortée dans mes « nouveaux » principes et avec l’envie d’être un peu plus à l’écoute des besoins de miss S. Mais aussi moins encline à me mettre la pression ou me culpabiliser…

Un bien joli livre donc, à mettre dans les mains de tous les parents qui se sentent un peu à bout de ressources face aux pleurs et crises de leurs enfants… Avant d’en arriver à dire « J’ai tout essayé ! »

Très jolie conclusion.

  2 Commentaires

  1. Jahrod Unyk   •  

    Rien ne vaudra jamais nos propres pistes découvertes par tâtonnements, prises de risques, erreurs multiples et construction de fondements solidement établis… Nous sommes toutes et tous différents: alors pourquoi nos découvertes ne porteraient-elles pas notre signature… L’école des autres, aussi intéressantes, vivifiante, passionnante soit-elle: ne vaut pas notre signature personnelle !

  2. Emilie   •  

    Le livre est tout simplement super!! enfin le livre qui dévoile les bases d’une relation parent-enfant sans violence, sans critiquer l’un ou l’autre! Pour les parents qui se posent des questions c’est un petit livre de référence.

Un petit mot ? (Les commentaires sont modérés avant validation, pour éviter les spams et privilégier les commentaires des lecteurs du blog)