A lire : Chiara, Evan, et les autres – Quotidien d’un rêve d’enfant par Léa Clary.

Je n’avais pas encore eu le temps de lire de livre depuis mon accouchement. Un manque de temps qui m’avait privé d’un de mes loisirs favoris… Mais cette fois ci, je ne pouvais pas passer à côté : cet ouvrage là, je l’attendais depuis des semaines, et j’avais suivi les étapes de son écriture à travers la page facebook de la blogueuse qui en est l’auteur.

Kali de Chiaravan est une copine de longue date. Avant même d’être blogueuses, nous étions des forumeuses, futures mariées en pleins préparatifs puis jeunes mariées en plein désir d’enfant. Un désir d’enfant pas toujours facile à vivre, surtout quand tout ne se déroule pas comme le le souhaite.

Je vous ai déjà parlé de notre parcours pour avoir Liloute, un peu moins de celui pour Miniloute, mais celui de Kali est bien plus long, plus éprouvant, tellement émouvant… Elle est maintenant maman d’un très beau petit garçon (oui, moi je l’ai vu en vrai, je peux en attester !) et a choisi la voie de l’écriture et de l’auto-édition pour raconter son histoire, le combat pour devenir parents que vivent en silence bien trop de couples.

 

lea clary livre

 

A travers les 246 pages de Chiara, Evan, et les autres – Quotidien d’un rêve d’enfant , Léa Clary nous livre sans détour ses espoirs et désillusions à travers l’épreuve des essais bébé trop longs, ou quand l’envie d’enfant devient un parcours du combattant. On plonge avec elle dans l’enfer de la PMA, des examens, des consultations médicales qui s’enchainent, de cette envie d’être enceinte coûte que coûte, l’espoir, le désespoir, la dépression même. Elle y raconte l’incompréhension de certains proches, l’éloignement et la sensation d’isolement qu’on peut ressentir, comment on peut perdre sa joie de vivre, ses amis, son travail pour l’enjeu si important qu’est une grossesse et un enfant. Mais au delà de ça, j’ai trouvé que ce livre était aussi un message d’espoir quelque part, un témoignage bouleversant qui m’a tiré des larmes, remué des souvenirs et profondément touchée.

Voici quelques extraits qui m’ont marquée , dont certains me parlent beaucoup :

« Une sensation désagréable grandit en moi. Je ne contrôle rien, et je déteste ça. »

« J’ai peur. Et si cela ne marchait jamais ? Je dois chasser ces idées de ma tête. Ce n’est pas envisageable. Nous y arriverons. Je serai une maman. Je ferai tout pour mon enfant. Pour le concevoir, pour le mettre au monde. Pour le protéger, pour lui offrir toutes les clés dont je dispose pour affronter la vie. »

« Je pense à mon bébé qui me quitte, à cette perte, ce deuil. Oui, c’est un deuil pour moi. Depuis ce test positif je me sentais maman, je l’étais, j’avais un enfant. Et il est parti. »

« Les personnes qui n’ont pas rencontré de problème pour avoir un enfant n’imaginent pas un instant la douleur qu’on ressent, le fait que l’on ramène tout à cela. Dès lors qu’on apprend les difficultés qui nous attendent, on n’arrête plus de voir des publicités avec des bébés, des femmes enceintes, des reportages sur l’infertilité et j’en passe. On souffre dans ce long parcours et l’incompréhension des gens maladroits n’aide en rien. »

« Pourquoi les femmes enceintes semblent me poursuivre, où que j’aille ? Pourquoi mes amis ne comprennent pas mon intense détresse et préfèrent se détourner en attendant des jours meilleurs ? Je me sens tellement seule. Je ne puis imaginer ma vie sans enfant, mais je ne puis non plus continuer à affronter les échecs et les combats, encore et encore. »

« Je ne guérirai jamais des blessures que la PMA m’a infligées. Mais j’apprendrai à vivre avec, et à me reconstruire avec l’amour de l’homme de ma vie et de notre fils. »

Ecrit sous forme de journal intime, ce récit m’a retournée. Non seulement parce qu’il me renvoyait à notre longue attente avant de devenir parents, ou parce que je connais personnellement Léa (et que je ne connaissais qu’une infime partie de son mal être à l’époque), mais parce qu’il est vrai, juste. Que les émotions retranscrites le sont sans détour, qu’elles vous frappent en plein coeur. On pleure avec Léa, on espère avec elle, on sourit aussi…

Que vous soyez essayeuses au long cours, maman , exPMette… Je pense que lire ce livre permet de comprendre un peu la douleur de ces couples en mal d’enfant qui peuvent parfois vous sembler effacés ou blasés devant les annonces de grossesse ou les achats de layette. Qu’une gueguerre entre celles qui y arrivent et celles qui galèrent n’a pas de sens. La vie n’est pas toujours juste et le désir d’enfant et de ceux qui ne se contrôlent pas, qui touchent au plus profond de soi et nous malmènent sans pitié.

J’ai dévoré ce livre en une journée, une journée où j’étais avec mes deux enfants… C’est dire comme il m’a absorbée ! (je vous rassure, Miniloute était particulièrement sympa ce jour là et Liloute faisait semblant de lire à côté de moi le plus souvent.) Un témoignage comme on en trouve peu sur le sujet, que je vous conseille de lire.

Pour le commander, c ‘est ici !  Et si vous voulez être informés des actus du livre et de son auteur, suivez la page facebook !

 

  1 Comment

  1. Sophie   •  

    Magnifique commentaire ! j’ai ressenti les mêmes émotions

Un petit mot ? (Les commentaires sont modérés avant validation, pour éviter les spams et privilégier les commentaires des lecteurs du blog)