Quelque chose a changé…

Je ne saurais pas dire quoi exactement. Ni depuis quand, ou comment. Mais quelque chose a changé.

Je ne sais pas quel a été le déclic, à quelle vitesse tout a évolué. Surement quelque chose qui couvait depuis longtemps, activée par les changements récents.

Ce mois-ci, je me suis réinscrite en tant qu’auto-entrepreneur. J’ai consulté des tas de cours en ligne, je me suis inscrite à d’autres. J’ai retrouvé cette motivation de travailler, faire quelque chose de ma vie, et j’essaie tous les jours de transformer mon trac et mes angoisses en « bonne peur ». J’ai pris rendez-vous pour inscrire Miniloute à la halte garderie.

Moi qui pensais sauter au plafond, crier « libérée délivrée », me réjouir à 100% de cette opportunité d’avoir enfin des heures à moi, sans enfant, après une parenthèse de 2 ans… Me voilà à appréhender ça aussi. Bien sûr, c’est une bonne chose et au fond je suis contente, je sais que bientôt on aura un nouveau rythme, avec des moments de travail à 100% pour moi et des moments de jeux et de socialisation pour elle.

Je ne me fais pas de soucis pour elle, ou très peu. Bien sûr, j’ai peur qu’elle pleure comme le faisait sa soeur, que ça me fende le coeur à chaque fois, j’ai peur de la confier à d’autres, j’ai surtout peur de comment JE vais réagir. Parce qu’elle, elle est bien partout, elle qui était si collée à moi prend d’elle même son indépendance (bon, mince l’indépendance à 2 ans, mais quand même !)

Alors que je n’avais pas hésité à confier sa soeur à l’aube de ses 4 mois, j’ai toujours eu plus de mal à l’envisager pour elle. Et si j’y réfléchis, maintenant je me sens différente vis à vis de ma grande aussi.

Quelque chose a changé. C’est indéfinissable, et pourtant je suis en train de vous pondre un pavé là dessus.

Ma relation aux autres, à moi, et surtout à mes filles. L’obsession de toujours bien faire s’est effacée et je me fais la réflexion que ce qui compte, c’est qu’on passe du temps ensemble et qu’on soit heureux. Chercher sans arrêt la perfection c’est être sûr de ne jamais la trouver. Alors qu’aimer ces moments imparfaits, uniques et rien qu’à nous peut m’émouvoir aux larmes de bonheur et me faire sentir juste complète.

Peut être que ça a commencé cet été. Apprendre à laisser ma grande au centre aéré, même si au fond elle me manquait toute la journée. Ne pas faire de planning hebdomadaire de nos activités. Décider au dernier moment, se laisser porter, se faire des surprises et leur en faire aussi. Ne pas dramatiser quand j’ai la flemme : on fera ça demain. Un truc impensable il y a encore des mois, et pourtant je ne m’en suis pas rendue compte.

Et en arriver là, aujourd’hui, mercredi. Ce jour qui me filait presque des boutons, où je criais dès 11 heures et demi, et ce jusqu’au coucher l’an dernier. Bah là, non. J’ai hâte d’aller chercher ma grande, qu’on fasse à manger, qu’on rigole, qu’on fasse une activité ou qu’elle joue seule. Hâte de l’emmener à la danse pour ce cours de test, heureuse de les voir sauter partout et rire, même si ça me donnera mal au crâne ce soir… Heureuse de passer du temps avec elles. Et être consciente que j’ai le droit certains jours d’être moins « au top » aussi.

Bien sûr ça a toujours été le cas, mais là, c’est naturel. Là, je ne me force pas à rester positive et à tenter de profiter du moment présent. Oh, je n’en suis pas encore à 100% là je pense mais…

Je ne sais pas quand ça a changé. Quand j’ai commencé à me dire « c’est pas grave » ou « tant pis ». A leur dire oui plus souvent, « comme tu veux ».

A répondre naturellement « oui bien sûr, si tu pouvais juste ranger tes chaussures avant, et on y va » là où j’aurais tempêté « ah non hein, t’as rien rangé ! » de plus en plus souvent. On est d’accord, ce n’est pas systématique, mais quand même.

Je ne sais pas quand ça a commencé. Et je m’en fiche. Ça fait tellement de bien.

Je crois que je respire enfin, que les petites choses attirent et retiennent mon regard. Qu’elles ont fait un tour de magie, m’ont mis des paillettes dans les yeux et des bouffées d’amour dans mon coeur. 

Quelque chose a changé.

 

  13 Commentaires

  1. Mary Leviandier   •  

    Tout n’est pas gravé dans la pierre… et le changement ça peut être positif aussi, on évolue tout simplement et c’est plutôt bien 😉

  2. rivieramum   •  

    Tu as une recette? J’ai voulu trop bien faire et je me suis épuisée j’ai meme repris une formation pour changer de métier mais je ne suis pas dedans … C’est pas trop dur de bosser seulé chez soi ? Super en tous cas et pour la
    Motivation tu fais comment ? Une maman qui cherche de nouveaux projets, â etre moins parfaite ect

    • Blog de Mère   •     Auteur

      Je ne sais pas trop… Je crois qu’à un moment j’en ai eu marre et j’ai laché la pression, mais pas sure.
      Pour le boulot chez soi si c’est dur, fin on est vite distrait par le ménage les taches ménagères qu’on ne verrait pas à l’extérieur… Mais si on s’y tient c’est tout à fait faisable ! Pour la motivation baaaah… C’est soit ça soit je bosse pas et je suis vraiment passionnée par ce que je fais 😉

  3. jenesuispasunepoule   •  

    <3 profite, carpe diem, akuna matata, et tutti quanti !

  4. ptite maman   •  

    Je me suis dis la même chose cet été, deux mois non stop avec mes crapauds de 2 et 4 ans. Cela commence à devenir plus cool ( pas tous les jours n’est-ce pas …..) mais cela commence à changer dans notre ptite famille. Moins de cris, moins de pression, moins de RGO et d’otites à répétitions aussi. Tout cela combiné rend la vie à 4 plus douce. Nos loulous grandissent et si c’était cela la clef ??
    Profite de ces moments de bonheur !!

    • Blog de Mère   •     Auteur

      Je pense aussi que le RGO qui se fait plus discret joue beaucoup… Et qu’on grandit avec eux 😉

  5. Lucile de Guinzan   •  

    Ah encore un article qui m’intéresse beaucoup, justement parce que je n’en suis pas là… Mais je me rends compte que c’est mon but et je me reconnais pour l’instant dans la « toi » d’avant. Tu me donnes espoir alors ! Mon petit chat a commencé la nounou il y a deux semaines. Je vois que ça parle de RGO au-dessus et nous aussi on y a eu droit. On commence tout juste à sortir de ce cauchemar (je pèse mes mots, j’ai vraiment cru parfois que j’allais en crever). J’essaye pour l’instant d’éponger tout le retard accumulé pendant cette longue parenthèse, et ensuite ce sera boulot depuis la maison pour moi aussi. J’ai donc espoir avec ton exemple que je me sentirais plus relax quand j’aurai l’impression d’avoir un peu sorti la tête de l’eau et que je pourrai aussi réussir à lâcher du lest !

    • Blog de Mère   •     Auteur

      Super 🙂 Je suis contente de donner espoir aux mamans dans ce cas, j’ai été longtemps tourmentée par le RGO et je suis toujours une obsessionnelle de l’organisation mais apprendre à lacher prise fait bcp de bien !

  6. Pingback: Et enfin être une maman épanouie, aimer cette vie - blogdemere.fr

Un petit mot ? (Les commentaires sont modérés avant validation, pour éviter les spams et privilégier les commentaires des lecteurs du blog)