Diversification précoce : l’alimentation de bébé de 4 à 6 mois

4 mois, 5 mois, 6 mois ? Quand commencer la diversification ? La réponse dépend beaucoup des pros de santé et surtout de bébé !

Chez nous, la diversification de Bébéloute a commencé à 4 mois. Si la plupart des parents débutent vers 6 mois, la tendance désormais est à la diversification qui débute entre 4 et 7 mois, au rythme de bébé. Je ne parlerai ici que de notre cas personnel, lié au reflux de notre fille et je ne suis pas placée pour vous donner des conseils. Mais vous êtes libres de partager vos opinions et témoignages (avec bienveillance bien évidemment) en commentaires !

Diversification « précoce » : pourquoi ?

Pour Liloute, nous avons commencé doucement à introduire les solides vers 5 mois, ce qui était déjà tôt pour moi à l’époque. Pour Miniloute et pour notre dernier bébé, ça a débuté à 4 mois. Pourquoi ?

Chez nous, c’est la faute au vilain RGO. Souvent, les pédiatres et gastro pédiatres recommandent de tenter une diversification plus tôt pour voir si cela atténue le reflux. C’est comme épaissir le lait : il y a les pour et il y a les contre. Si pour certains bébés ça fonctionne (Liloute, ma première qui a été soulagée à 4-5 mois), pour d’autres ça aggrave tout (Miniloute, qui n’a pu « bien » manger que vers 8 mois quand on a adapté la DME à notre cas).

Du coup, j’attendais le cap des 4 mois mais je redoutais aussi cette échéance de la diversification. Parce qu’il y a un terrain allergique, parce que l’expérience avec Miniloute m’avait refroidi, mais qu’il y avait tout de même un espoir… Et puis, les premières purées de bébé, c’est un moment particulier !

La consigne de ma pédiatre, c’était de donner quelques cuillères et de faire au feeling, en fonction de bébé. Et d’aviser. De tester tout de même pas mal de légumes et fruits différents pour éliminer les allergies éventuelles. C’est ce qu’on a fait.

Bébéloute a eu du mal au début, parce qu’elle tétait la cuillère et que j’étais stressée, tout simplement. Et puis en quelques semaines, elle a pris plaisir à manger et on a augmenté les quantités. A ce jour, elle prend 150g de purée (plus un biberon de 90/120 ml) le midi et 100g de compote (plus un biberon de 120/150 ml) l’après midi.

Au niveau des protéines de lait de vache, comme il y a une grosse suspicion d’intolérance, on va attendre encore un moment. Je ne préfère pas me prendre la tête avec ça pour l’instant !

Et le reflux alors ? Et bah pas de changement. Aucune incidence. La purée remonte autant que le lait, mais ça ne la gène pas du tout. Du coup, on fait une diversification « normale », et on se fait confiance.

Le cas des bébés allaités

Quand un bébé est allaité exclusivement, les recommandations sont claires : on débute plutôt la diversification vers 6 mois, pour que les bénéfices du lait maternel soient optimaux. Rappelons le, le lait de maman s’adapte aux besoins et à la croissance de bébé et il peut rester l’aliment exclusif de celui-ci jusqu’à plus de 6 mois !

Bien sûr encore une fois, tout dépend de votre enfant, de ce que vous recommande votre professionnel de santé et évidemment de vous.

Et la DME, alors ?

On a aussi pensé à la DME. Quand j’ai vu que Bébéloute avait des difficultés avec la cuillère, j’ai eu l’angoisse de revivre le cauchemar de la diversification catastrophique de ma deuxième… Finalement, il lui fallait juste un peu de temps car ça arrivait en même temps que le sevrage de l’allaitement. Beaucoup de nouvelles choses à digérer (c’est le cas de le dire) !

Pour la DME, je ne suis pas pro ni formée de ce côté là, je vous conseillerais donc de demander l’avis d’un professionnel. Les principaux critères pour bien débuter sont : un bébé qui tient assis et s’intéresse à vos assiettes, des morceaux de la taille de son poing voire un peu plus, bien cuits pour éviter toute forme d’étouffement, un réflexe nauséeux bien présent et surtout de la vigilance (sans pression toutesfois). Vous trouverez des tas d’infos sur des sites spécialisés et évidemment auprès de médecins et pros de la petite enfance.

Perso, j’ai l’impression que pour cette troisième on est enfin plus sereins et on fait en fonction d’elle et de nous : elle a du fait maison, des petits pots bio, mais on exclut pas de tenter la DME également.

Bref, on fait une diversification en douceur et surtout au feeling tout en respectant les bases. Et elle a l’air d’aimer !

Le truc à retenir de tout ça ? Ecoutez-vous et écoutez votre bébé. N’hésitez pas à poser des questions, à mettre en pause la démarche, à recommencer, à attendre si vous ou bébé n’êtes pas prêts. Ils finiront bien par manger comme nous dans quelques années !

Un petit mot ? (Les commentaires sont modérés avant validation, pour éviter les spams et privilégier les commentaires des lecteurs du blog)