Post partum : 5 conseils pour mieux le vivre !

Après 3 enfants, je peux maintenant l’affirmer : j’ai vraiment du mal avec le post partum. Voici mes conseils pour mieux vivre cette période !

Ah, le post partum… Le fameux 4ème trimestre et les mois suivant la naissance de bébé constituent un vrai chamboulement ! Perso, j’ai plutôt mal vécu cette période, mais c’est aussi (sans doute) la faute au RGO. Alors, comment traverser au mieux cette période délicate ? Nouvelle organisation, déculpabilisation, révision des priorités… Je vous livre mes 5 conseils de base pour mieux vivre son post partum.

A lire aussi : Non, ce n’est pas toujours « que du bonheur »

Accepter cette période compliquée

C’est un fait : les premières semaines / mois avec un nouveau né sont particulières ! Pour la plupart des jeunes parents, il n’y a aucun rythme, aucune journée ne se ressemble et on peut vite se sentir dépassés. Et c’est OK. Bien sûr que ça peut être extrêmement difficile ! Entre le manque de sommeil, le contrecoup de l’accouchement, les doutes et les questions (qu’il s’agisse ou non d’un premier enfant, on en a toujours), la chute d’hormones, le bouleversement de nos habitudes, les nouvelles responsabilités et… est ce que j’ai parlé du manque de sommeil ?

Apprendre à vivre avec un bébé ne se fait pas du jour au lendemain. Cette phase de transition ne peut pas toujours être parfaite et la réalité est bien souvent différente de ce que l’on s’était imaginé.

Revoir ses priorités

On va donc se concentrer sur l’essentiel : prendre soin de soi et de bébé. Tant pis pour le rangement, les repas équilibrés à heure fixe, les papiers, la lessive… ça passe après. Et si, comme nous, vous avez d’autres enfants, il va falloir se relayer pour s’en occuper. 

Pendant les premiers mois de bébé 3, je crois que je n’ai presque fait qu’allaiter dans mon lit, me doucher, la bercer, manger sur le pouce et allaiter à nouveau. Monsieur a géré tout le reste et on a fait comme on pouvait. Et vous savez quoi ? Le ciel ne nous est pas tombé sur la tête.

Mes priorités

Oser demander de l’aide

« Il faut tout un village pour élever un enfant » : cette phrase, vous l’avez déjà surement entendue ou lue, mais elle perd souvent de son sens dans notre société. On voudrait que les mamans (et les bébés !) soient indépendantes, puissent tout faire elles-mêmes sans avoir besoin de rien ni personne, et surtout, jamais se plaindre. C’est une fausse idée pourtant bien ancrée dans nos inconscients (moi la première !) qui peut avoir des conséquences désastreuses. Même si vous êtes loin de vos parents, de votre famille et particulièrement dans un contexte sanitaire tendu comme celui dans lequel on vit depuis plus d’an an, le soutien et le partage sont essentiels pour survivre au post partum. 

Si vous avez la possibilité de vous faire aider par le portage de plats tout faits à réchauffer, le ménage, la garde d’enfants, n’hésitez pas ! Combien de fois j’ai refusé, pour ma première, les petits plats que ma belle-mère me proposait de mettre au congélateur, ses visites pour le ménage ou s’occuper de bébé pour que je puisse prendre une douche… Simplement par fierté mal placée ou peur de paraitre « faible » ? Des tas de fois, beaucoup trop surement ! Et pourtant, ça aurait grandement aidé et ça ne devrait pas être synonyme d’échec : le soutien qu’il soit physique ou par messages interposés peut faire beaucoup de bien.

De la même façon, si vous sentez que vous êtes submergés, que vous avez des idées noires récurrentes, que vous n’êtes pas « bien » physiquement ou moralement, il FAUT en parler. Parlez-en à un spécialiste, des proches, votre médecin traitant… Trouvez la méthode qui vous convient pour en sortir. La dépression post partum touche énormément de jeunes mères et doit être prise au sérieux : vous n’êtes pas seule et vous n’êtes pas faible !

Penser au portage pour avoir les mains libres

Je l’ai déjà dit plusieurs fois ici, le portage physiologique m’a carrément sauvé la vie ! N’hésitez pas à vous renseigner auprès d’une monitrice certifiée pour choisir votre moyen de portage, mieux en maitriser l’utilisation et découvrir le monde merveilleux du portage 🙂

Garder en tête qu’un jour, tout passe… 

Enfin, et ça a été mon mantra à chaque fois pendant les premiers mois de bébé : gardez en tête que ce n’est que temporaire. Alors certes ça fait long (surtout si vous avez un bébé RGO), quand on est dedans ça parait interminable. Mais un jour, on en sort. Un jour bébé grandit et on se rend compte que c’est un peu plus facile chaque jour. Bon, le manque de sommeil dure un peu, on ne va pas se mentir, mais la vie devient plus fluide, plus heureuse. Un jour on arrive à voir le bonheur dans « c’est que du bonheur ».

Un petit mot ? (Les commentaires sont modérés avant validation, pour éviter les spams et privilégier les commentaires des lecteurs du blog)