Avant nous 3 – La grossesse, état de grasse !

Non non, mon orthographe va très bien, merci.
Je vous avais laissé après la rude période des essais bébé. A suivi donc la grossesse, et le premier trimestre avec toutes ses réjouissances (tu veux perdre 5 kilos ? Croise les doigts pour avoir le pack nausées et vomitos quotidiens ! Hypotension, fatigue, même pas peur ! S’endormir partout et dans toutes les circonstances, j’avais jamais testé non plus), mais aussi et surtout son angoisse, tout le temps.
Peur que l’histoire se répète, de perdre encore un autre bébé en devenir, tout recommencer, encore faire le deuil etc… Pas un jour ne se passait sans que je guette une douleur, une diminution de symptômes, et surtout j’étais tout le temps sur la réserve, pour ne pas s’attacher au cas où…
Du coup, l’échographie officielle du 3eme mois a été une délivrance (jusqu’à la prochaine, l’angoisse ne me quitterait pas jusqu’à la fin), pouvoir l’annoncer, se projeter… A 4 mois on a su que c’était une fille, vive les robes, le rose dans la chambre etc, et ça a permis de concrétiser encore plus. Les nausées ont disparu à 4 mois (classique) mais pas les chutes de tension ni l’hypoglycémie chronique. 
Photo par Zakstudio
9ème mois, bon là je ne rigolais plus du tout. Je n’avais qu’une hâte : accoucher et que la chaleur ambiante (mois de septembre caniculaire) cesse enfin !Surtout quand tout le monde autour de vous accouche, et que vous dépassez gentiment le terme prévu…
Une fille, ça reste une fille : la mienne a bien voulu se pointer quand on l’a menacée d’un déclenchement… Elle est donc née a J+4 , en 10 petites heures, avec une péridurale qui ne fonctionnait qu’à moitié, de nuit. Une fille, quoi.
En fait, en y repensant je n’ai pas vraiment détesté être enceinte. Mais je n’en ai pas raffolé non plus ! Et ce que ça vous a plu cette période ou il y en a qui sont pareilles que moi ? (rassurez moi!)

  3 Commentaires

  1. Presse Citrouille   •  

    Je l’ai vécu « la peur au ventre « . J’ai aimé la grossesse précédente, mais je n’aime pas celle que je vis. Attention j’aime mon futur petit bébé, ça aucun doute, mais l’état de grossesse non. Pas du tout, hâte d’accoucher et tourner cette page peut-être pour toujours. J’en suis « gavée ».

  2. Mélanie lemaitre   •  

    oh oui, Cet état de plénitude qu’est la grossesse ne me concerne pas du tout. Ca me faisait bien rigoler ce qu’on pouvait lire dans les magasines… et bien culpabiliser aussi.Perso c’était une étape pour un aboutissement + qu’un épanouissement

  3. Emma June   •  

    Je pense que tu as bien résumé le truc, je n’ai pas détesté être enceinte (autant que je l’aurais cru) mais je n’ai pas adoré non plus, j’en garde un souvenir mitigé 😉

Un petit mot ? (Les commentaires sont modérés avant validation, pour éviter les spams et privilégier les commentaires des lecteurs du blog)