2 ans.

 

Nous y voilà. Aujourd’hui, ma fille, tu as 2 ans.

Ce deuxième anniversaire marque la fin d’une période, celle où je pouvais t’appeler mon bébé sans me tromper. Même si, qu’on se le dise, je risque de t’appeler de temps en temps comme ça encore une bonne quarantaine d’années.

L’an dernier, j’étais heureuse de te voir faire tes premiers pas et souffler ta première bougie. Un premier anniversaire, c’est toujours un événement. Comme beaucoup de premières fois. J’étais sans doute un peu nostalgique, mais moins qu’aujourd’hui.

Il y a 2 ans, après une nuit de contractions et une demi-péridurale, après une nuit à angoisser sur un monito irrégulier et ma capacité à te mettre au monde, on te posait sur moi. Toute rose, toute calme, parfaite. Si loin et si proche en même temps, ce moment où nous te découvrions ton père et moi, après t’avoir tant attendue.

2 ans.

Ce chiffre résonne particulièrement en moi, parce que c’est précisément le temps que nous avons attendu avant que tu t’installes dans nos vies, ou du moins au creux de moi. Ces deux ans là n’ont pas été aussi joyeux que les tiens, mais ont tout de même vu passer des fiançailles, un mariage, un nouveau nid, et des épreuves qui nous ont rendus plus forts. Et cette attente là le valait bien.

Quand je te regarde aujourd’hui ma fille, je vois un petit bout plein d’énergie, de malice et de bonheur. De force aussi. Une petite fille souriante et gentille, enjouée et câline. Un grand bébé avec son caractère, ses colères, en pleine évolution. Mon enfant, notre enfant, une personne à part entière qui ne demande qu’à grandir, apprendre et être aimée.

J’avoue avoir du mal à te laisser grandir, comme si ça t’éloignait de moi. De regretter parfois de ne pas avoir d’avantage profité de tes premiers mois, avant de me rappeler qu’on fait ce qu’on peut avec ce qu’on a. Tu vois, une maman ça oublie parfois. A quel point c’était douloureux d’attendre tous ces mois, que tu t’installes, que tu naisses, que tu guérisses, que tu ne pleures plus. Une maman ça oublie la douleur, pas complètement, mais juste assez pour donner la priorité aux bons souvenirs.

Mais te laisser devenir grande ne t’éloignera pas de nous. Bien au contraire. Même si je ressens un peu de nostalgie devant les photos de bébé, devant les vidéos où tu gazouilles, marche à 4 pattes, met maladroitement un pied devant l’autre… Nous avons plein de beaux moments devant nous, et je suis fière de te voir si bien grandir.

2 ans.

 

Bien sûr il faudra que tu me le rappelles de temps en temps, tu le fais déjà.

« Maman moi grande ! » , « Maman, moi fais tousseule ! »

 

Pardonne moi, je le sais bien, tu n’es plus un bébé déjà. Mais je crois que toi aussi tu aimes bien des fois, me prouver que tu n’es pas tout à fait une petite fille qui n’a plus besoin de sa maman (et crois moi, tu ne le seras jamais vraiment)… Quand tu te cramponne à moi parce que tu veux rester dans mes bras, comme en ce moment, en alternant envies d’indépendance et angoisse d’être loin de nous. Quand tu réclame un « cayin » ou un « biyou », que tu nous serres fort.

« Rarah bébé à maman. »

Peu importe l’âge que tu as, au fond ça sera toujours un peu le cas…

 

Je te promets d’essayer de ne pas pleurer quand tu souffleras tes deux bougies. Ou alors, juste d’émotion, de joie, de bonheur de fêter ce bel anniversaire avec toi.

Tes 2 ans.

Joyeux anniversaire ma chérie.

bebe

 

  4 Commentaires

  1. Pingback: Petit condensé #38 - [Encore un] Blog de Mère

  2. Pingback: Un chouette anniversaire - [Encore un] Blog de Mère

Un petit mot ? (Les commentaires sont modérés avant validation, pour éviter les spams et privilégier les commentaires des lecteurs du blog)