Et tu as 1 an…

Il y a un an naissait notre bébé surprise, notre 3ème fille… Une année pas toujours évidente, entre doutes, RGO, fatigue, nouveau rythme et ajustements, mais surtout une année qui a, au final, passé à toute vitesse.

Pour l’occasion, je partage ici une lettre un peu personnelle écrite sur mon téléphone pendant une sieste portée, pour garder une trace de cette période si particulière où mon tout petit bébé fête sa première année…

A lire aussi : récit de naissance de Bébé 3 !

Ma toute petite,

Ça peut paraître commun de dire ça, mais aujourd’hui tu n’es plus si petite. Il y a un an, tu rentrais dans nos vies et le moins qu’on puisse dire c’est que tu les as transformées. Tu nous as fait la surprise de t’inviter parmi nous alors qu’on ne s’y attendait pas du tout, et quelle surprise !

Aujourd’hui je ne me souviens même plus comment c’était sans toi. On dormait certainement beaucoup plus et beaucoup mieux, je marchais surement beaucoup moins, mais c’est comme si c’était une autre vie, un peu floue dans ma mémoire.

Tu es un peu magique tu sais. Tu t’es fait un nid sans rien dire et tu t’es accrochée près de mon coeur. Tu nous as fait quelques frayeurs, on a bien cru que tu arriverais beaucoup trop tôt, mais au final tu es arrivée pile à l’heure, ou juste un peu avant. Comme tes soeurs, tu es un bébé du matin.

Cette année, je mentirais si je te disais qu’elle n’a pas été compliquée. Pour nous mais aussi pour toi, les débuts ont été douloureux, mais on a tous fait de notre mieux. Et puis au fil des mois on a appris à se connaitre, on t’a vue évoluer et grandir, gravir des tas d’étapes et le temps a commencé à filer…

Jusqu’à aujourd’hui. Mon bébé magique, tu ne sais pas à quel point je suis fière de te voir souffler cette première bougie (ou du moins essayer !). Ce cap des 1 an, pour les bébés comme toi, les mamans comme moi on a tendance à l’attendre avec un peu trop d’impatience. Et puis je me souviens de comment c’était quand tu étais toute petite contre moi, quand seul mon lait et mes bras te suffisaient et je chéris ces souvenirs. Quelle fierté aussi de te voir si bien grandir, mon bébé sourire, mon bébé calin, mon bébé glu aussi (mais ça, je suis spécialiste, ne t’inquiète pas, au fond on aime bien ça).

Tu as tout un petit village autour de toi et chacun d’entre nous t’aime passionnément. Tu arrives en un sourire à tous nous charmer et nous rassembler. Tu sais mon bébé, tu es née pendant une période particulière et pourtant, tu arrives à tout nous faire oublier. Et même si ce n’est pas toujours simple de t’imposer parmi tes deux grandes soeurs, je suis sure que tu sais qu’elles sont folles de toi.

Alors voilà, tu as un an, même si tu ne te rends peut-être pas bien compte de ce que ça signifie, c’est un jour important.

C’est le premier d’une longue série d’anniversaires, de gâteaux, de bougies, de cadeaux, de chansons et je verserai toujours une petite larme ce jour là.
Je sais bien que tu ne peux pas me promettre ça, mais essaie juste de ne pas grandir trop vite, même quand tu me vois pester, râler, me plaindre que c’est fatigant un bébé. Toi, tu restes ma toute petite, ma dernière, ma surprise, ma cerise sur le gâteau.

Mon cadeau de la vie a un an aujourd’hui…

Un petit mot ? (Les commentaires sont modérés avant validation, pour éviter les spams et privilégier les commentaires des lecteurs du blog)