Se préparer à accueillir un bébé 3 « surprise »

bebe surprise 3eme

Récit de la découverte de ma grossesse pas vraiment prévue et de ce 3ème bébé surprise qui arrivera en Juillet. Les débuts d’une nouvelle histoire !

Avant de commencer, je tiens à préciser certaines choses :

  • ce récit et les ressentis décrits sont personnels : merci de respecter mes émotions et mon avis et d’être respectueux si vous ne les partagez pas
  • bien sûr que ce bébé est aimé et désiré à ce jour : je veux juste revenir sur le fait que oui, on peut avoir un « bébé surprise » en 2020 et qu’on peut également ne pas sauter au plafond en l’apprenant.
  • la liberté de choix est un élément fondamental dans la vie d’une femme et au sens plus large des parents : mon témoignage n’a pas valeur de vérité universelle 😉

Maintenant que les bases sont posées, rappelons un peu le contexte : un troisième, c’était niet, et je vous en ai parlé plusieurs fois ici (voir mon article « pourquoi je n’aurai pas de troisième enfant » qui me fait bien marrer maintenant). Le deuil commençait à être fait et nos filles grandissant, nous avions d’autres préoccupations, d’autres envies même si ça n’a pas été facile de se dire que c’était terminé.

Bébé surprise : comment c’est possible ?

Je ne rentrerai pas dans les détails de la conception de ce bébé surprise, déjà parce que c’est personnel, ensuite parce que je ne les connais pas réellement. Mais sachez qu’il suffit d’une fois sans être 100%  sur d’être prudent pour que BOUM, on tombe dans le petit pourcentage « grossesse non prévue ». Et ce même si vous avez galéré pour avoir des enfants auparavant. Autre détail important : la contraception n’est jamais fiable à 100% (mis à part l’opération, l’abstinence ou autres techniques qui rendent le tout physiquement impossible ^^’) Certes, on approche de ce chiffre, mais la plupart des modes de contraception tournent autour du 99% (92 pour l’anneau, 91 pour le patch, 98 pour le préservatif si bien utilisé tout le temps)
Pour notre part je pense vraiment à un mauvais calcul de la période à risque (d’où l’utilité de se protéger tout le cycle !) et à une double ovulation, petite spécificité rigolote que mon corps affectionne de temps à autre.

Reste que oui, c’est tout à fait possible de tomber enceinte sans le vouloir en 2020, que la responsabilité revient aux 2 parents (et pas seulement à madame, une contraception se gère à deux, comme des enfants), et que chacun peut réagir différemment selon son vécu, les circonstances… On ne peut pas juger cela.

Bébé surprise : la découverte et notre réaction

Autre spécificité marrante de mon corps que j’ai découvert avec cette grossesse : les règles « anniversaire ». En gros, j’ai eu un semblant de règles à la date prévue, et même si c’était court par rapport aux autres cycles, ça semblait ne pas présager une grossesse. Mais bizarrement, quelques jours après cette fin de cycle « foireuse », j’ai été prise de fatigue, de doutes, de nausées… J’ai décidé de faire un test « pour être sure » persuadée qu’il serait négatif.

Et BAM. C’est vraiment la sensation que j’ai eu, que je tombais, ou que le ciel me tombait dessus. Le positif est apparu si vite que je n’ai pas eu le temps de réfléchir vraiment (ça, ça allait venir après). J’ai fini ma journée en mode zombie, en attendant de pouvoir en parler avec monsieur, la trouille au ventre parce que j’appréhendais énormément sa réaction.

Lui non plus n’en voulait plus. Et ça a été un choc pour lui comme pour moi. Je ne peux pas parler à sa place mais juste après la découverte on n’en menait pas large. J’ai décidé de faire une prise de sang « pour être sure » encore une fois, prise de sang qui s’est avérée bien positive : j’étais déjà à la fin du premier mois de grossesse.

Alors, on fait quoi ?

Et bah, on fait rien… En gros, au début, j’étais tellement perdue que je ne voulais pas y penser. Noël arrivait, j’avais beaucoup de choses à faire et ça m’arrangeait bien d’être dans un genre de « déni » pour ne pas avoir à prendre une décision compliquée. Monsieur me demandait souvent si j’avais réfléchi, m’assurant constamment son soutien (si tu passes par là merci, je ne sais pas comment j’aurais fait sans toi !) quoique je décide. Car oui au final c’est notre bébé mais mon corps : sauf que je me sentais bien incapable de prendre une telle décision.
Je suis pro choix : pour moi c’est personnel à chacun et on a la chance de pouvoir avoir le choix. Et si jusque là je défendais le droit à l’avortement (je le défends toujours d’ailleurs), je commençais à comprendre que c’était juste inenvisageable pour ce bébé surprise.

A partir de là, ça a été presque tacite entre monsieur et moi : la vérité de ce que je voulais faire s’est imposée petit à petit et on s’est fait à l’idée plutôt progressivement. Si je suis honnête je dirais que j’ai l’impression qu’il a accepté plus vite que moi cette idée, sans doute parce qu’il devait s’en douter alors que personnellement j’étais complètement paumée…

Garder et aimer un bébé surprise, contre tout attente

Je suis toujours pro choix, toujours pour le droit de disposer de son corps. Ca ne changera jamais. La vie a fait que ce bébé qui n’était pas prévu sera finalement autant aimé et désiré que ses soeurs, avec un petit temps d’adaptation au début de ma grossesse (tout le premier trimestre pratiquement ^^’). Je commence à être plus sereine, plus sure de mon choix, plus épanouie et j’essaie de rattraper « le temps perdu ». J’ai été malade les premières semaines, beaucoup de nausées, grosse fatigue, même si j’ai moins perdu de poids que pour mes filles. Je commence doucement à sortir de la galère du premier trimestre et à essayer de profiter de cette grossesse « bonus » que la vie nous a offerte. On a annoncé la nouvelle aux proches, à l’entourage moins proche, et ça a été plutôt bien pris. De toute façon, peu importe que ce soit bien pris ou non, mais ça reste un souci de moins.
Evidemment on nous souhaite d’avoir « enfin le garçon » mais honnêtement je m’en fiche un peu : si un petit gars serait une nouveauté et un changement, une troisième fille serait parfaite aussi.

Je finirai en vous disant que j’ai énormément culpabilisé. Culpabilisé d’être tombée enceinte « par accident » à presque 35 ans et 2 enfants, culpabilisé d’avoir songé à ne pas le garder, culpabilisé d’avoir songé à le garder aussi, culpabilisé d’imposer cela à ma famille, mon mari, mon couple… Culpabilisé surtout de ne pas avoir été investie dans cette grossesse comme j’ai pu l’être pour les filles.

Aujourd’hui ça reste un peu compliqué. Je l’assume, j’en parle sans tabou, j’essaie de lier un lien avec ce bébé même si je l’aime déjà. On en est surs de surs, c’est la dernière grossesse (on va tout faire pour cette fois !), alors il serait mieux d’en profiter et de prendre le temps de revivre tout cela une dernière fois. Un jour à la fois, prendre une peur après l’autre, baby steps comme on dit.

Ce bébé surprise ne restera pas dans notre histoire comme un accident de parcours. Son histoire est à part, mais je sais qu’il sera aimé comme ses soeurs et qu’on se souviendra surtout du fait qu’il est une surprise de la vie. Cette petite farceuse qui fera toujours mentir nos « plus jamais ».

7 commentaires

  1. Vous avez raison, il faut prendre le temps, au jour le jour. Pour avoir vécu la même chose ou presque, je comprends que c’est pas facile. Je me rappelle avoir dit à la sage femme que ce bébé allait devoir s’adapter à nous et à notre situation et pas nous à lui. On était dans un trois pièces, il allait falloir déménager etc… Je suis aussi pro avortement et même si on en a parlé, je ne l’ai jamais vraiment envisagé car je ne considérais pas cela impossible d’accueillir ce bébé dans de bonnes conditions, et que en plus je savais qu’on avait pris un risque (circonstance particulière et mauvais calcul) et qu’il fallait assumer et même si on pensait s’arrêter à deux, on était pas non plus complètement contre en avoir un troisième. Ca a été dur de l’annoncer aux gens et j’assumais pas trop mais je ne regrette absolument pas et j’ai quand même très bien vécu la grossesse et beaucoup mieux l’accouchement grâce à la sophrologie. Je vous conseille d’en faire d’ailleurs! Maintenant par contre, j’avoue que si ca devait se reproduire, je ne sais pas du tout comment je réagirais, là ce serait un gros choc et je serais en mode zombie aussi je crois lol je préfère ne pas y penser mais je comprends que ca a pas du être facile à accepter quand on pense avoir vraiment tourné la page complètement.

    1. Merci pour ce commentaire, ça me rassure énormément de lire ça ! Et justement oui, je veux commencer la sophrologie (et le yoga) pour cette grossesse, en particulier pour la préparation à la naissance 🙂

  2. Je tombe sur votre article, et le hasard faisant bien les choses, je suis aussi enceinte d’un bébé surprise, qui sera aussi notre 3ème enfant. Je viens de l’apprendre (il y a 10 jours) et je suis déjà à 6 semaines de grossesse. Accident car nous avons mal calculé le risque et j’ai aussi eu une double ovulation (je ne savais même pas que c’était possible…). Bref, votre article résonne en moi car je traverse un moment difficile. Pro-choix aussi, je ne peux me faire à l’idée d’avorter (je pense à mes 2 petites filles et la culpabilité monte…). Mais impossible de me projeter pour le moment, ce 3ème enfant ne faisait pas partie de nos plans…
    Pourtant, lorsque le gynécologue m’a montré l’embryon avec une activité cardiaque lors de l’échographie, j’ai ressenti de la joie.
    Votre article me réconforte et m’apporte des réponses, ce que je ressens est normal. Alors merci d’avoir partagé votre expérience avec nous.

    1. Bonsoir et merci pour ce commentaire. Ce que vous écrivez me renvoie au début de cette grossesse moi aussi 😉 C’est exactement ce que j’ai ressenti : double ovulation, impossibilité de se projeter, culpabilité, et ce petit soulagement lors de l’échographie de voir un embryon en bonne santé et vivant malgré tout… Pas évident de gérer tous ces sentiments contraires mais une chose est sure, ce que vous ressentez est normal. Au fil des semaines j’ai appris à mieux gérer cette grossesse : maintenant enceinte de 5 mois (bientôt et demi !), l’annonce du sexe et les rendez-vous mensuels m’ont aidée à réaliser tout ça et mieux cerner ce que je souhaitais. Je déteste l’imprévu et pourtant cette 3ème petite fille non prévue sera sans doute autant aimée que ses soeurs. Et si je n’avais pas souhaité poursuivre cette grossesse, ça aurait été mon (notre) choix et il aurait été légitime aussi.
      Ne vous mettez pas la pression, prenez le temps et soyez bienveillante envers vous-même : vous avez le temps de vous y faire et tout ira bien. Je trouve même que cette grossesse est au final la moins stressante des 3 ! Plus de lâcher prise, moins de temps à gamberger (une fois la décision prise et assumée), je profite des petits mouvements de bébé et je commence à me projeter (à peine !).
      Je vous souhaite plein de belles choses pour la suite et encore merci pour ce commentaire 😉

  3. Merci beaucoup pour votre réponse, c’est tout à fait ça! L’ambivalence des sentiments est difficile à gérer… j’ai pour l’instant du mal à me réjouir, il me faut du temps pour digérer… Quoi qu’il en soit, votre expérience me rassure 🙂 Belle grossesse à vous aussi !

  4. Merci beaucoup pour votre témoignage dans lequel je me retrouve. Je ne voulais pas de troisième, j’ai déjà 2 enfants dont la dernière a 4 ans. Et je vais vers mes 35 ans… Mais voilà je viens d’apprendre que j’étais enceinte et tout se bouscule. Je suis aussi pro avortement mais j’ai du mal à l’envisager dans mon cas. Maintenant je me demande si le fait d’avoir un 3eme ne va pas bousculer toute notre vie familiale, si je suis prête de nouveau à m’occuper d’un nouveau né alors que j’appréciais énormément la liberté que je retrouvais peu à peu avec l’indépendance grandissante des aînés. De plus, on a absolument tout vendu, donc il va falloir s’occuper à nouveau de tout le matériel. Ma décision n’est pas encore tout à fait prise et j’ai aussi envie d’être juste dans le déni. Bref, moment un peu compliqué.

    1. Merci pour votre commentaire. J’étais exactement dans la même situation et je me posais les mêmes questions… Evidemment c’est un chamboulement et on survit plus qu’on vit en ce moment mais je me dis que notre décision était la bonne, justement parce qu’elle était la notre, et aussi parce que on n’imagine plus notre vie sans ce bébé 😉
      Bon courage pour la suite, quoique vous décidiez…

Un petit mot ? (Les commentaires sont modérés avant validation, pour éviter les spams et privilégier les commentaires des lecteurs du blog)