La fin de grossesse, le dépassement de terme, et les réflexions dont on se passerait…

Aaaah le dernier mois de grossesse… Sa fatigue, ses douleurs, et les inévitables réflexions et petites phrases dont on se passerait bien, nous, futurs parents !

Tout au long de ces derniers mois, on a eu droit à un florilège de petites phrases un peu agaçantes (qui partaient souvent d’un bon sentiment, cependant), plusieurs fois par semaine, par jour même… Toutes les conversations tournent inévitablement autour de la grossesse, du bébé, et c’est un peu normal (même si, oui, on a aussi autre chose dans nos vies, comme un premier enfant par exemple !), et après le « c’est une autre fille? Encore ? Mince… », après le « holala, une fin de grossesse en été, tu vas souffrir ma pauvre! », voici venu le temps du :

« Eh bah alors, toujours là ? »

Que j’ai detesté cette question lors de ma première grossesse ! Comme si, une fois le cap des 8 mois passé, on était sommées de pondre bébé sur le champ, et que ce n’était pas normal d’aller à terme.

Qu’on soit clairs : d’une, huit mois de grossesse c’est le seuil de fin de prématurité. Oui, bébé peut arriver à tout moment, mais non, ce n’est pas une obligation. Et surtout, de deux, la maman est au moins aussi impatiente que vous que cela se termine ! Surtout si, comme moi, la grossesse ce n’est vraiment pas son truc, et si elle a été ponctuée d’un tas de petits malaises qui la rendent encore moins facile à vivre…

Plus encore, cette question nous apparaît à nous, femmes enceintes bourrées d’hormones, comme un reproche implicite… Soulignant d’une part que cela pourrait être notre faute, et de l’autre que non, justement, on ne contrôle rien dans la venue de ce bébé.

Une grossesse dure en général 9 mois, c’est ce qui est établi, c’est ce qu’on lit partout. Et plus important encore : la naissance peut arriver autour de la date du terme, qui n’a rien d’une date de péremption… Même si, en fait, une grossesse peut durer plus ou moins de 9 mois, ce qui rend la date de naissance encore plus incertaine.

Et puis il y a le dépassement de terme… 

« Faudrait voir à le lâcher maintenant ce bébé ! »

Mais j’essaye ! Du mois j’aimerais bien, maintenant que la date fatidique se rapproche, qu’elle me fasse la surprise d’arriver un peu en avance, sans que la menace du déclenchement ne pèse au dessus de ma tête… Quand on dépasse le terme, on nous regarde comme une bête curieuse : « Mais pourquoi est ce qu’elle n’a pas encore accouché? » , « Elle veut le garder pour elle, ce bébé », « Allez, va marcher/faire tes vitres/le grand écart/la méthode italienne/te faire un plat épicé/boire un grog »…

Comme si la future mère excédée par la situation n’avait pas déjà tout essayé… Comme si on voulait entamer le dixième mois pour « embêter le monde » (oui, c’est du vécu, je l’ai entendu pour Liloute)

Et surtout : comme si on voulait aller a la maternité tous les jours vérifier que bébé va toujours bien, s’inquiéter de son développement in utero, de son poids qui augmente chaque jour (en vérité, pas tant que ça), des risques que le placenta se calcifie trop, que bébé soit en souffrance… Même si on sait que l’enfant finira bien par naître, quand on dépasse le terme, on a juste l’impression qu’on n’accouchera JAMAIS. C’est dire à quel point on est perturbées par la situation…

« T’es pas normale quand même, tu crois qu il y a un souci ? »

Alors celle-ci, j’avoue, elle m’a fait sortir de mes gonds il y a un peu moins de 3 ans… Ne rajoutez pas d’anxiété à une femme enceinte, s’il vous plait ! Un dépassement de terme, c’est plus fréquent qu’on ne le croit. Et avoir un premier bébé « en retard » ne signifiera pas qu’il en sera de même pour les suivants. Et même si c’est le cas, au final, le résultat est le même…

Bon à savoir : la DPA (date prévue d’accouchement) est calculée en fonction de la date des dernières règles mais aussi grâce aux mesures du foetus lors des premières échographies. Avec une marge d’erreur. D’ailleurs, mon gynécologue a bien noté à côté « plus ou moins 3-4 jours ». Déjà, rien que là, il y a possibilité de se « tromper » légèrement sur la date d’arrivée. Rajoutez à ça des cycles irréguliers ou une ovulation tardive, et vous avez de grandes chances d’avoir un écart d’une semaine entre la naissance de bébé et le terme théorique.

Sachant que chaque enfant est différent, chaque femme aussi, on peut aisément imaginer que certaines accoucheront à 38 SA comme d’autres à 42. Et on peut aussi se dire que c’est déjà assez pénible pour la maman (et le papa qui supporte les fausses alertes, les crises de larmes, la fatigue de madame…)

Un accouchement ça ne se contrôle pas, sauf dans le cas où la santé de la mère ou l’enfant exige d’intervenir. Pour moi qui ai déjà du mal avec le lacher prise (quoique, ça s’arrange), me rappeler constamment que non, je n’ai pas encore accouché, peut être très agaçant parfois (souvent)…

Alors, dans l’intérêt des nerfs de la future mère, et peut être même le vôtre (méfiez vous des hormones !), abstenez vous d’en parler… On aime aussi beaucoup changer de sujet 🙂

25 commentaires

  1. Pour ma première grossesse, j’avais dépassé le terme de 15 jours. C’est vrai que le temps paraît très très long… La gynéco a fini par me déclencher l’accouchement et mon petit faisait à peine 2kg500 (heureusement qu’il était resté un peu plus). Pour mes 2 autres grossesses, je n’ai pas dépassé le terme mais je ne ne sais plus à combien de jours « d’avance » ils ont pointé leur bout de nez. J’espère que pour ma 4eme grossesse, tout se passera bien et que je serai rentrée chez moi pour Noël lol…
    La nature fait souvent bien les choses, laissons la faire.
    Bon courage et plein de bonnes choses!

  2. Moi, j’ai eu le droit aux deux extrêmes.
    Première grossesse, terme +2 jours, et encore ils ont déclenché l’accouchement ! Les 10 derniers jours, je n’en pouvais plus des textos et des appels pour savoir si « il » était enfin arrivé…
    Deuxième grossesse, des jumeaux qui sont arrivés avec plus de deux mois d’avance et qui sont restés presque deux mois à l’hôpital…
    Du coup, à choisir, je prend plutôt le dépassement de terme 😉

    1. Je pense que ça dépend tout simplement du tempérament 🙂 Je me rapproche doucement du terme pour ma deuxième grossesse et je ne suis peut être pas tout à fait objective 😉 Je sais que ça n’était pas génial, de dépasser le terme, que je pleurais beaucoup (en même temps, enceinte…) mais ce n’était pas insurmontable non plus… La preuve, on a remis ça !

  3. Pour ma n°1, ma belle-mère à commencer à compter les jours à J-40 (le terme prévu …)sur Fb ! bon au final j’ai eu un déclenchement, fini en césa à J-10 😀
    Pour ma n°2, j’ai atteint le 41SA+3 jours, je ne supportais plus les « t’es encore à la maison ? » je me languissais tellement de la voir ! Et là encore j’ai eu droit à une césa, que j’ai demandé SUR LE CHAMP car aller à la mater’ tous les jours, et rentrer chez soi le soir sans son bébé, c’est trop frustrant !

  4. Ah merci alors ! J’attaque la 39ème semaine demain et déjà les sms, coup de fil et insinuations en tout genre me tape sur le système. Oui a croire qu’on n’est pas normal et que la date du terme ne s’entend qu’avec 2 semaines d’avance !
    Comme toutes, la marche, la methode italienne, le faux travail, l’ennui, les nerfs qui lâchent…surtout qu’une visite au UGO à 37+5 a failli finir en déclanchement…bref lerci pour votre récit. Je m’y retrouve totalement.

  5. Excelent blog, qui m’a fait rire et m’a fait du bien ! Merci 🙂
    Mon 1er est toujours au chaud à 40+5 mais depuis bientôt 10jours en permanence les SMS les appels… Je sais que ça vient d’un bon sentiment mais oui « je vous préviens quand il se passe quelques choses » et 2 jours plus tard « je promet je vous préviens, mais tjrs rien !
    Et ce compte à rebours du déclenchement. Et les larmes, et se sentir grosse, et prier pour qu’il se décide se petit bout de chou d’amour, parce que maman n’en peut plus d’attendre.
    Tellement de sentiments mélangés.
    Bisous à toutes

Un petit mot ? (Les commentaires sont modérés avant validation, pour éviter les spams et privilégier les commentaires des lecteurs du blog)